Rhume des foins

Allergies printanières et Homéopathie :

Le rhume des foins ou coryza printanier est une réaction allergique des voies aériennes supérieures au contact d’un pollen.

L’homéopathie est une alternative aux traitements antihistaminiques et corticoïdes locaux qui sont habituellement prescris.
Un traitement de fond personnalisé bien conduit permet une guérison complète en deux ou trois saisons
En attendant de consulter un bon homéopathe, en aigue, c’est à dire en crise on pourra prendre un remède ponctuellement.
Pour être efficace le médicament homéopathique doit être choisi en fonction des réactions personnelles du patient.

On peut essayer un des médicaments suivants à choisir selon les symptômes.
Prendre (sucer) 3 granules, 3 fois par jour puis espacer les prises à mesure de l’amélioration. On arrête le traitement s’il n’est pas rapidement efficace :

  • ALLIUM CÉPA 9CH : Les manifestations prédominent au nez : Écoulement abondant des deux narines d’un liquide clair irritant la peau sous le nez ou le bord des narines.
    Sensation de picotements dans le nez. Douleur brulante du nez.
    Les yeux coulent mais les larmes ne sont pas irritantes.
    Eternuements.
    Somnolence et difficulté de concentration avec lenteur de compréhension.
    Aggravation le soir et dans une pièce chaude.
    Amélioration en plein air (ce qui est paradoxal pour une allergie aux pollens).
  • EUPHRASIA 9CH : Les manifestations prédominent aux yeux :
    Larmoiement irritant les paupières, yeux rouges, démangeaisons.
    Les écoulements du nez ne sont pas irritants.
    Aggravation le soir et après un sommeil prolongé. Par le vent.
    Amélioration par le bain des parties atteintes.
  • SANGUINARIA 9CH : Sensation de brulure du nez et de la gorge.
    Grande sensibilité aux odeurs de fleurs, l’écoulement irritant prédomine à la narine droite.
    Picotements comme des aiguilles dans le nez.
    Sensation de chaleur à la tête.
    Aggravation au soleil.
  • SABADILLA 9CH : Ici ce sont les éternuements qui prédominent les troubles. Eternuements violents avec écoulement du nez non irritant.
    Démangeaisons du palais et des oreilles.
    Douleurs frontales.
    Imagination étrange. Sensations erronées sur l’état de son corps.
    Amélioration dans une pièce chaude, en inhalant de l’air chaud, en buvant des boissons chaudes.
    Aggravation par l’odeur des fleurs, du gazon fraichement tondu, les fruits.
  • GELSEMIUM 9CH : Ici c’est la lassitude et l’abattement qui accompagne le rhume des foins qui est le plus caractéristique.
    Épuisé par les éternuements.
    Inflammation des yeux, douleur contuse des yeux, paupières tombantes, sensation de chaleur dans les paupières, douleurs comme si les yeux allaient éclater.
    Maux de tête, visage rouge sombre.
    Douleur cuisante du nez, à la racine du nez.
    Appréhension par anticipation qui « paralyse »
    Amélioration par une miction abondante
    Aggravation par le temps lourd, étouffant.
  • LACHESIS 9CH : Les écoulements et les éternuements sont aggravés le matin.
    Plus souvent la narine gauche, ou d’un seul coté. Parfois écoulements sanglants.
    Douleurs des narines à vif.
    Inflammation des yeux, sang dans la conjonctive. Photophobie le matin au réveil.
    Nausées pendant l’éternuement. Douleur piquante du rectum en éternuant.
    État général aggravé par la suppression artificielle (antihistaminique) de l’écoulement du nez.
    Besoin d’air, d’espace, toujours trop chaud. Ne supporte pas les vêtements serrés surtout au niveau du cou.
    Aggravation le matin au réveil.
    Amélioration par les écoulements.